Vers le contenu

Home Informations clientèle Actualités Travailler et allaiter !? Comment combiner ?

Retour à l'aperçu

12-06-18 Travailler et allaiter !? Comment combiner ?

Les chiffres de Kind en Gezin montrent que de nombreuses mamans en Belgique allaitent leur enfant la première semaine qui suit l'accouchement. Les semaines et les mois suivants, le nombre de mamans qui poursuivent l'allaitement diminue considérablement. De plus, il y a de grandes différences régionales. Leuven est la ville où les mamans allaitent le plus longtemps, alors que la Flandre Occidentale, est la région où les mamans arrêtent le plus rapidement. En Flandre Occidentale, cette diminution est probablement due au nombre de mamans qui travaillent en tant qu'indépendantes. Si en tant qu'employeur, vous avez de jeunes mamans en service, nous vous rappelons ci-dessous quels sont leurs droits et vos obligations.

Congé de maternité

Si les femmes enceintes doivent arrêter de travailler au plus tard la semaine avant la date d’accouchement présumée, elles peuvent déjà prendre leur congé de maternité à partir de la sixième semaine avant cette date. Le choix revient aux mères. Pendant les cinq semaines avant cette dernière semaine obligatoire, elles peuvent continuer à travailler et reporter cette période pour la prendre comme congé postnatal. Ce dernier s’élève obligatoirement à neuf semaines après la date d’accouchement effective et peut, comme indiqué ci-dessus, être prolongé d’un maximum de cinq semaines. En cas de naissance multiple, la mère bénéficie de deux semaines supplémentaires.

Écartement du travail

Si le médecin du travail estime qu’il y a un risque pour la maman ou son enfant à naître, la mère peut déjà rester à domicile plus tôt. C’est ce qu’on appelle l’écartement du travail. Lorsque le risque persiste après l’accouchement, par exemple parce que la maman est en contact avec des substances susceptibles de nuire au lait maternel en raison de son travail, elle peut rester plus longtemps à la maison après la naissance et ce, jusqu’au cinquième mois au maximum. C'est ce que nous appelons le congé prophylactique. Elle reçoit une indemnité de la mutuelle pendant ces semaines ou ces mois d'écartement.  

Congé supplémentaire

Comme vous pouvez le remarquer, les mamans belges doivent retourner travailler avant les six mois de leur bébé, sauf si elles prennent des vacances supplémentaires ou par exemple un congé parental, naturellement. Pour les bébés nés après mars 2012, les mères ont droit à quatre mois de congé parental à temps plein assortis d’une indemnité. Elles peuvent également choisir de travailler à mi-temps pendant huit mois ou à quatre cinquièmes pendant vingt mois.

Pauses d’allaitement

Les mamans qui reprennent le travail et démontrent au moyen d’un certificat de leur médecin ou de « l’O.N.E. » qu’elles allaitent encore ont droit à des pauses d’allaitement. Elles peuvent utiliser ces pauses pour tirer leur lait ou éventuellement allaiter si leur enfant se trouve dans une crèche à proximité.

Les jours où la mère travaille plus de quatre heures, elle a droit à une pause d’une demi-heure. En cas de journée de travail de plus de sept heures et demie, elle a droit à deux pauses, qui peuvent être groupées à sa demande.
 

< 4 heures

Pas droit aux pauses

≥ 4 heures

30 minutes de pause

≥ 7h30

2 pauses de 30 minutes – peuvent être groupées

Elle bénéficie de ce droit jusqu’à neuf mois après la naissance. Les pauses ne sont pas rémunérées, mais la travailleuse perçoit une indemnité de la mutualité. L’employeur doit toutefois tenir compte des pauses pour le calcul de la durée des vacances de la travailleuse. De plus, il doit mettre à disposition un local où la mère peut tirer son lait en toute tranquillité. Il s’agit d’un endroit discret, bien aéré, bien éclairé, propre et chauffé convenablement. Dès lors, une salle de réunion dans laquelle toutes les personnes qui passent peuvent regarder ne suffit pas. 

Congé d'allaitement ?

Le congé d’allaitement n’est pas déterminé légalement et ce terme n’existe à vrai dire pas. Il dépend dès lors d’un accord sectoriel ou d’un accord avec vous employeur. Si vous octroyez un tel congé, vous devrez en fixer la durée et les modalités.

Le congé d’allaitement n’est en outre pas rémunéré, à moins qu’un accord ait été conclu à ce sujet. Il n’y a pas non plus d'assimilation pour les vacances annuelles ou la constitution de la sécurité sociale. Le secteur peut en décider autrement.

Pour obtenir davantage d’informations, vous pouvez relire tranquillement ce sujet dans la section 11 de notre Guide social sur Juricible. 

Contact
Gestion du personnel
Engager
Rémunérer et récompenser
Améliorer les prestations
Licencier
Conseils juridiques
RH dans l'entreprise
Obligations
Budget et soutien
Grandir et internationaliser
Optimiser les RH
Conseils juridiques
Actualités
Formations
Informations clientèle
Documents
Publications
Déclarations
Session d’information
Actualités
Outils
Outils Acerta
Calculs